Echos des journées nationales 2018

Les bénévoles inscrits arrivent nombreux dans la « cour de récréation » de l’Abbaye de Seuilly, à quelques kilomètres de Chinon. Ils sont quarante, intervenant dans 26 établissements pénitentiaires situés du Nord au Sud de la France, entre Lille-Sequedin et Luynes.

Le prieuré porte le poids des ans avec élégance et « force d’âme » et chacun tombe sous son charme, même si certains secteurs demanderaient réparations…

Quoique la « douceur tourangelle » ne soit pas exactement au rendez-vous la cohésion du groupe se fait très vite : dans le partage des chambres d’abord (les ronfleurs ont été regroupés), ensuite au cours des repas pris en commun dans la Salle capitulaire, avec les échanges qui vont bon  train à cette occasion, sans oublier les tours de « corvées » soigneument affichés par Yves : le service et surtout la vaisselle ! Quoi de mieux pour tisser du lien !

Sans vous infliger l’énumération des travaux prévus à l’agenda, trois points forts sont à dégager :

  • La présentation Par Hervé ROMIEUX d’une nouvelle expérience « le Clip en milieu ouvert » qui ouvre un nouveau volet de l’action du CLIP avec la région parisienne comme premier terrain d’action ;
  • Le témoignage de Jean-Luc qui a pu bénéficier des interventions du CLIP à Bois d’Arcy et à Bapaume : il rend compte de manière très vraie de ce temps qu’il a passé en détention en mettant l’accent sur l’importance de l’implication du CLIP, au point de vue formation, mais surtout  au point de vue socialisation ;
  • « La question psychiatrique en détention » : avec les interventions successives de Lucie CHARBONNEAU, responsable santé à la direction de l’administration pénitentiaire et Stéphane VOILLET, médecin psychiatre à la MA de La Roche sur Yon.
    Chacun de nous a été fortement ébranlé par tous les aspects de cette question, tant en ce qui concerne la difficulté du rôle du médecin dans ce domaine, qu’en ce qui concerne notre attitude vis-à-vis de la population touchée.

D’autres ateliers ont été animés autour du matériel de communication, en particulier du site internet, mais également sur des thèmes nouveaux : l’impression 3D  ou encore Scratch.

Au cours de ces 3 journées riches en travaux divers, il faut noter un temps réservé à la détente bien utile avec :

Après une marche de 10 minutes en plein champ (bonne pour aérer nos cerveaux), la visite de La Devinière, la maison natale de Rabelais (peut-être ?) qui  abrite un musée consacré à l’écrivain et nous a permis de découvrir des caves troglodytes dans lesquelles la pierre de tuffeau blanche est mise en lumière de façon magique.

Le partage au cours de la soirée du premier jour des produits locaux apportés par chacun des participants : de la brioche vendéenne au pineau ou du pastis marseillais à la framboise lorraine  (avec modération) ;

Un moment musical apprécié de tous avec le groupe Ephémère autour de chants et de musiques traditionnelles d’Europe.

En conclusion, si nous n’avons pas eu le temps d’aller admirer le « jardin des 4 humeurs » dans l’enceinte de l’Abbaye, nous pouvons dire sans conteste qu’une mise en commun de nos expériences et un travail constructif se sont déroulés dans la « bonne humeur », grâce à une préparation sans faille d’Hervé, Henri, Bernard, Yvon et surtout Yves qui avait en charge l’aspect matériel de ces journées. Bravo aussi à tous les participants !