Internet en détention

Plus que jamais, la problématique de l'usage de l'internet est placée au coeur des politiques de réinsertion sociale.

 1    Le CLIP concerné

Dans les premières années de l’Internet, le CLIP a travaillé autour de l’Internet en prison, avec l’implication d’une équipe de bénévoles qui a mis au point un simulateur internet contenant une centaine de sites ainsi que la fonction « messagerie ». Ce nouveau créneau de formation, quoique limité, a permis pendant des années une initiation aux usages courants d’un ordinateur dans certains établissements pénitentiaires.

Mais nous sommes en 2018, et nombreuses sont les personnes incarcérées qui ont eu l’occasion, dans un contexte scolaire, professionnel, ou personnel d’avoir Internet à leur disposition et, en conséquence, l’usage du simulateur proposé par le CLIP en prison ne présente guère d’attraits pour elles.

En raison des évolutions touchant les techniques mais également les pratiques, le CLIP relaie fortement les recommandations du Contrôleur général des prisons qui plaide pour que les détenus puissent avoir accès à Internet avec la mise en place des contrôles nécessaires en milieu carcéral : limitation au niveau des sites autorisés, en particulier, afin d’éviter les dérives.

 2    Les usages essentiels que le CLIP préconise en prison

Dans le cadre de leur réinsertion les détenus pourraient bénéficier de sites utiles dans des domaines précis : presse, formation, recherche d’emploi, démarches administratives, etc.

 3    Rôle du CLIP dans les formations sur Internet

Le CLIP trouverait tout à fait sa place dans les ateliers qui pourraient être ainsi mis en place afin de proposer une formation sur les usages d’internet et de la messagerie : apprendre à vérifier l’information, savoir utiliser les réseaux sociaux de manière responsable, etc. Autant de sujets sur lesquels les utilisateurs n’ont pas eu forcément l’occasion de réfléchir et qui leur permettraient de progresser au niveau de leur citoyenneté.

Dans ce domaine le CLIP a déjà fait ses preuves en animant les cyberbases de certains établissements et en mettant en œuvre le simulateur CLIPeNET, lorsqu’il pouvait être installé.